Aki Ito - composer

 

Projects and researches




Project : Parrakas Madonna (The Bearded Madonna) - 2016-


New project for a vocal piece after the text Parrakas Madonna by Eira Stenberg, currently granted by The Sibelius Fund (Pegasos grants). The production is ongoing.


Nouveau projet pour une pièce vocale d’après le texte Parrakas Madonna de Eira Stenberg, subventionnée actuellement par The Sibelius Fund (Pegasos grants). La production est en cours. 


Résumé 


Ce projet est conçu de créer une nouvelle pièce pour trois voix et électroniques, avec un nouveau livret en quatre langues à partir du poème Parrakas Madonna d’Eira Stenberg.


Dans le projet Parrakas Madonna, en utilisant le finnois, le français, le japonais, et également l’anglais, l’idée est de créer des couches de temps de trois individus, liées à leur langue, de mêler des voix vivantes, de confronter les langues contre les langues, les trois femmes qui vivent chacune dans leur temps, en confrontant les textes et les langues, qui s’influencent puis se partagent le temps.


Le livret sera construit à partir du poème original en finnois et des traductions en trois autres langues. Le poème sera tout d’abord traduit à l’occasion de ce projet. La traduction en français sera réalisée par Gabriel Rebourcet, qui a traduit Le Kalevala et l’a édité chez Gallimard. Par la recommandation de FILI (l’association des traducteurs en Finlande), Hiroko Suenobu s’occupera de la traduction en japonais. La traduction en anglais a déjà été réalisée par Herbert Lomas.


Je développe cet aspect multilingue depuis Prinsessa leikkii The Princess Plays La princesse s’amuse. Dans ce nouveau projet, je continue d’explorer les possibilités de la perception humaines, ainsi que mes propres expressions musicales. Je propose d’écouter la pièce selon plusieurs perspectives, musicale, poétique et linguistique, qui créent ensemble un univers vivant.


Concernant les sons électroniques, Jean-Philippe Lambert va travailler pour développer le système de la voix ombrée pour qu’il joue comme un instrument.


Le thème d’ensemble du projet s’inspire de nombreuses situations auxquelles les femmes peuvent faire face dans la vie : famille, mariage, maternité et séparation. Dans La princesse s’amuse, j’ai plutôt cherché des expressions intérieures. Tandis que dans ce projet, je vais chercher une expression ouverte et une forme de questionnement social à travers la musique.




--------------------------------------------------------------------------------------------


Project : Prinsessa leikkii The Princess Plays La princesse s’amuse - 2013-2015


Synopsis | Résumé en français ci-dessous


Prinsessa leikkii The Princess Plays La princesse s’amuse is composed after the poem Prinsessa leikkii (Halun iconi,1997) by Eira Stenberg. The piece is written for soprano or mezzo-soprano, five instruments and electronics. The approximate duration is 30 minutes. This project has been organised by defunensemble, granted by Kone Foundation. The premiere will be performed by Tuuli Lindeberg, defunensemble and Jean-Philippe Lambert (electronics).


In the poem, a woman’s torment is expressed in a psychological way that superimposes different layers with connotative elements. The poem tells about the princess, the narrator, the girl, or the woman ; Actually they are the same person.

To reflect these universes, I used the poem in Finnish, French (translated by Gabriel Rebourcet), and English languages (translated by Herbert.Lomas) as the libretto.


study - the first verse with the three languages




There are three approaches (linguistics, cognitive perception, phonetics) to the poem, and that I applied to my composition. Respecting the text and the meter of each language as much as possible, I introduce a game element following the ideas of word games as models of playing with phonemes. For example, the princess plays with her ball (then she lost it). The word ball is pallo in Finnish and balle in French. The singer repeats these words ball- pallo-balle which are kind of paronymes (phonetically similar), and sounding like a bouncing ball. I also use some of the figures of speech, like alliteration (repetition of consonance sounds), and assonance (repetition of vowel sounds).


study - pallo-balle-ball




The piece consists of 2 parts in which there are 11 sections and 3 interludes. The game elements appear mostly in the first part. Also three personages are represented by three languages, as the Princess in English, the Woman in Finish and the Girl in French. In the second part, the music is more lyric, expressive, and the languages are muddled up. The connotative elements I chose from the poem are repeated and developed throughout the whole structure. A small element being played by cello and bass clarinet in the beginning of the piece transforms slowly into the overlapping ascending scales toward the climax. This is an inspiration of the labyrinth of Minotaur’s castle from the poem. Minotaur reflects the image of a man the Woman is in love with, whereas the Frog is teased sarcastically.


study - polyphonic passage with the three languages




Electronics sounds are often used for filling the spectrum, to make a different timbre or more complex ones. However the most important effect is to create voix ombrée (shadowed voice). I also developed this idea between the voice and the instruments, and in-between the instruments. In general, I searched ways to mix the different instruments’ timbres, including the electronics, with the voice. In particular, I looked for delicate expressions of the instruments in their low frequency range. The singer’s voice is shadowed by other sounds or her (recorded) voice itself. In some sections, only very low sounds and the singer’s whispering voice are played, and the voix ombrée can add a perceptional change to the space. It represents a psychological shadow of the woman’s suffering from her mad love.


study - voix ombrée






The studies carried out in collaboration with Tuuli Lindeberg and Jean-Philippe Lambert.

            ___________________________________________________________________



Résumé


Prinsessa leikkii The Princess Plays La princesse s’amuse est composée d’après le poème Prinsessa leikkii (Halun iconi, 1997) de la poétesse finlandaise, Eira Sternberg. La pièce est écrite pour soprano, cinq instruments et dispositif électronique. La durée approximative est 30 minutes. Ce projet est conçu par Aki Ito, organisé par defunensemble, subventionnée par Fondation Kone. La création sera effectuée avec Tuuli Lindeberg, defunensemble et Jean-Philippe Lambert pour le dispositif électronique, au cours du festival Lux Musicae en novembre 2015 en Finlande.


Dans le poème, le tourment de la femme s’exprime dans une forme psychologique composée de plusieurs facettes, qui se révèlent par les divers éléments connotatifs. La poète parle de la princesse, de la narratrice, de la fille ou de la femme ; En fait, tous les personnages sont la même personne. Afin de refléter cet univers, j’ai utilisé le poème dans le livret en trois langues : finnois, français (traduit par Gabriel Rebourcet) et anglais (traduit par Herbert Lomas).


étude - le premier vers à trois langues




Concernant ma recherche, il y a trois approches du poème : linguistique, perception cognitive et phonétique, que j’ai appliquées à ma composition. En respectant le texte original, et la métrique de chaque langue, j’ai introduit des éléments de jeux sur les mots, comme modèle pour jouer avec des phonèmes. Par exemple, la princesse joue avec sa balle (puis elle l’a perdue). Le mot balle est pallo en finnois,

et ball en anglais. La chanteuse répète ces trois mots balle-pallo-ball, ce qui est en effet un paronyme, et évoque une balle rebondissante. J’ai également appliqué certaines figures de styles, comme l’allitération et l’assonance.


étude - pallo-balle-ball




La pièce consiste en onze sections et trois interludes, formant deux parties. Les éléments de jeux de mots apparaissent plutôt dans la première partie. En même temps, les trois personnages sont représentés par les trois langues, comme la princesse en anglais, la femme en finnois et la fille en français.

Dans la deuxième partie, la musique est plus lyrique et expressive. Les langues se mélangent de plus en plus dans les même phrases selon le désespoir de la femme.

Les éléments connotatifs, que j’ai choisis dans le poème, sont répétés et développés à travers toute la pièce. Un élément étant joué par la clarinette basse et le violoncelle au début de la deuxième section se transforme lentement en échelles ascendantes chevauchées pour arriver au point culminant. Cette vision a été inspirée par le labyrinthe du château du Minotaure. Ici le Minotaure représente l’image d’un homme dont la femme est amoureuse, tandis qu’elle se moque de la Grenouille sarcastiquement. 


étude - passage polyphonique à trois langues




Les sons électroniques sont souvent utilisés pour remplir le spectre afin de créer un timbre différent ou plus complexe. Cependant l’effet que j’appelle la voix ombrée est le plus important parmi d’autres. J’ai développé cette idée entre la voix et l’électronique, ainsi qu’avec les instruments. En général j’ai cherché le moyen de mélanger les différents timbres des instruments avec la voix, y compris les sons électroniques. Surtout j’ai cherché des expressions délicates dans les registres graves. La voix de la soprano est ombrée par d’autres sons, ou par sa voix elle-même qui est pré-enregistrée dans les autres langues.

La voix ombrée projette un changement perceptible dans l’espace, elle représente une ombre psychologique de la femme, qui souffre de l’amour à la folie.


étude - voix ombrée





Toute les études sont effectuées en collaboration avec Tuuli Lindeberg et Jean-Philippe Lambert.







Aki Ito © 2016 |  All rights reserved